20 Juin

#40 – Décroissance : le nouveau clivage ? Delphine Batho

categorie video2 #40 - Décroissance : le nouveau clivage ? Delphine Batho

Pétrole, gaz naturel, métaux : la concentration de CO2 dans l’atmosphère augmente dangereusement tandis que nos ressources s’épuisent à vue d’œil. D’où cette question : faut-il limiter notre consommation et entrer en décroissance ?

Pour y répondre, nous recevons une des rares femmes politiques à militer ouvertement pour la décroissance. Delphine Batho est députée des Deux Sèvres, ancienne ministre de l’écologie et présidente du parti Génération Écologie.

***

0:45 – vous avez commencé votre parcours politique à SOS racisme puis au Parti Socialiste, comment en êtes-vous venue à vous intéresser aux questions écologiques ?
03:30 – vous avez été ministre de l’écologie en 2012, sous la présidence de François Hollande, vous quittez le gouvernement en 2013. On a vu quelques années plus tard le scénario se répéter avec Nicolas Hulot, quel est le problème fondamental pour que deux ministres de l’écologie quittent leurs fonction brutalement ?
05:50 – comment expliquer que depuis vingt ans aucune grande loi écologique n’ait été passé ? Quels sont les principaux facteurs de l’inertie politique ?
10:33 – est-ce qu’il n’y a pas un manque de rapport de force, et de l’autre côté des lobbies qui sont très puissants ? En tant que ministre et député, est-ce que vous avez vu ces lobbies à l’oeuvre ?
14:53 – est-ce que vous pouvez prendre un exemple de parcours de pantouflage ?
16:24 – L’ONG CEO a documenté que 46% des scientifiques de l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, ont des conflits d’intérêt. Les multinationales achètent la science ?
19:40 – comment expliquez-vous qu’il y ait si peu de personnes aux marches pour le climat par exemple, qu’il y ait une pression populaire si faible sur les questions écologiques ?
24:10 – le mot de décroissance fait peur. Ce que l’on connait comme décroissance, ce sont des décroissances subies, je pense à la Grèce ou à l’Argentine. Quelle est vous votre vision de la décroissance, est-ce que des décroissances choisies, organisées peuvent être autre chose que des récessions ?
26:00 – le grand argument des partisans de la croissance, c’est de dire sans croissance : pas d’emplois. Les économistes de la décroissance ne sont pas d’accord. C’est un point de vue que vous partagez, la décroissance peut générer des emplois ?
28:43 – par exemple, les emplois de la décroissance seraient : moins de tracteurs, donc plus de bras dans les champs, moins de caisses automatiques plus de caissiers ?
30:15 – une des dimensions de la décroissance, c’est la relocalisation. Est-ce qu’il n’y a pas un paradoxe a vouloir relocaliser des activités polluantes ? Par exemple, le raffinage de métaux, qui se fait majoritairement en Chine, est-ce que aujourd’hui, on accepterait de raffiner de nouveau des métaux en Europe pour notre consommation domestique ?
32:06 – L’empreinte carbone des Français n’a pas bougé depuis vingt ans. Comment fait-on baisser l’empreinte carbone des Français ? Quels sont les outils : rationnement ? carte carbone ?
38:35 – on a souvent opposé les « bobos » aux gilets jaunes, mais vous votre vision de la décroissance c’est d’abord de mettre un plafond pour ceux qui consomment trop ? que d’empêcher quelqu’un qui habite en périurbanisation de se déplacer ?
39:52 – le PIB est indicateur galvaudé parce qu’il prend en compte, dans son calcul, les externalités négatives (pollution, médicaments, accidents, etc.). Quels seraient, si vous étiez présidente de la République, les indicateurs que vous regarderiez ?
42:12 – Emmanuel Macron a été élu en 2017 avec un peu plus de 8 millions de voix au premier tour, ça représente 1/8 des Français, est-ce qu’il n’y a pas une question de légitimité démocratique ? Admettons que vous soyez élue présidente de la République, comment, en portant des transformations aussi profondes, comment s’assurer que la population suive ?
47:20 – dans la littérature sur la décroissance, il y a souvent il y a souvent la question du rapport à la proximité qui revient. Chez Ilich, chez Serge Latouche, chez Aristote (déjà), il y a cette idée que plus les communautés sont grandes, moins elles sont démocratiques ?
50:46 – sur le rôle de l’État, vous écrivez dans votre manifeste sur l’écologie intégrale que : “trente ans de libéralisme, ont affaibli, et dans certains cas ruiné, la capacité d’intervention, d’anticipation, et de planification des Etats” – Les États sont devenus faibles ?
54:00 – vous, vous parlez d’État-résilience : qu’est ce que cela veut dire ?
55:58 – comment cela se matérialise un Etat-résilience ?
59:29 – qu’est ce que vous feriez des accords de libre-échange si vous accediez au pouvoir ?
01:02:19 – quel message voudriez-vous adresser aux gens qui nous regardent ?

Voir sur Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *